Retour au Sommaire du Site

DAL EVRY et alentour
Maison de l'habitat
Bd de l'écoute s'il pleut
91000. EVRY
Tel:0688349155
Permanence: mardi,jeudi ,vendredi de 14h30 à 17h30

E-mail: dal.evry@club-internet.fr

?Nous recevont sans RDV pour tous vos probèmes locatifs le mardi, jeudi et vendredi sauf pour le DALO qui se fait uniquement le vendredi sur RDV.

 

 

 

 

PAS D'EXPULSIONS SANS RELOGEMENT

Mars 2004

 


Chaque année près de 100 000 jugements d’expulsion de logement sont prononcés en France.

Une expulsion aujourd’hui, c’est de plus en plus de ménages qui tombent dans l’errance urbaine dans des foyers, des hôtels ou des abris de fortune, l’éclatement de la famille, la spirale de la grande exclusion.

L’expulsion locative en France est devenue un phénomène de masse et un instrument de régulation au service du marché locatif privé. Elle alimente l’exclusion par le logement qui s’est aggravée ces dernières années.

 

Depuis plusieurs années les associations demandent que des offres de relogement stables et accessibles soient présentées avant toute expulsion.

 

Les autorités politiques n’ont toujours pas accepté cette demande.

 

L’opposition aux expulsions s’étend :
 

L’année 2004 est importante car d’une part les associations s’attendent à une augmentation des expulsions autorisées par l’administration, et d’autre part cette question suscite de plus en plus d’opposition. Avec les associations de mal-logées, telles que « Droit Au Logement », les associations de locataires ou les associations humanitaires et caritatives, des travailleurs sociaux de la région parisienne constituent des collectifs pour demander un moratoire sur les expulsions locatives ; des maires prennent depuis le 15 mars dernier des arrêtés pour interdire les expulsions dans leur commune. Pour l’instant, l’Etat s’oppose à ces décisions et lance des procédures pour annuler ces arrêtés. Des familles expulsées campent dans la rue pour obtenir un relogement. Cette question interpelle de plus en plus fortement l’opinion publique et devrait inciter le gouvernement à prendre des mesures préventives vigoureuses.

 

Nous demandons au gouvernement, aux Préfets de région et des départements, aux responsables politiques, aux élus compétents :
  • - Un moratoire sur les expulsions,
  • - Le relogement préalable à toute expulsion,
  • - Des mesures budgétaires et législatives pour prévenir les expulsions,
  • - La réalisation dans la région et en urgence de 300 000 logements sociaux (1 million pour la France),
  • - La mise en place du droit au logement opposable (saisie du juge pour demander l’application concrète du Droit au logement).


 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement